top of page

Leroy Merlin cède le contrôle de son enseigne en Russie à son management local


Leroy Merlin, régulièrement mis sous pression pour sa volonté de rester en Russie malgré le déclenchement de la guerre en Ukraine en février 2022, cède finalement. Le groupe Adeo annonce en effet sa volonté de « céder le contrôle de Leroy Merlin Russie à son management. »


« Après plus de 18 ans d’activité dans le pays, céder le contrôle de Leroy Merlin au management local doit permettre de préserver les emplois des 45.000 collaborateurs et de pérenniser l’activité de l’entreprise au service des habitants. Ce processus résulte d’un travail entamé depuis plusieurs mois dans le respect des réglementations applicables. Il fait suite à la suspension de tout nouvel investissement d’Adeo en Russie dès le début du conflit et à l’indépendance progressive de la filiale. L’opération sera soumise à l’approbation des autorités compétentes en Russie. Tout au long du processus, Adeo garde pour priorité d’agir de manière responsable dans le respect de tous les collaborateurs », indique ainsi le groupe dans un communiqué laconique.



Un pays majeur pour Adeo



Pour le reste, et quant au devenir des 113 magasins exploités par Leroy Merlin en Russie, il faut essayer de lire entre les lignes pour tenter de comprendre ce qu’il vont devenir. D’abord, et a fortiori avec des telles communications, les mots ont évidemment un sens : Adeo affirme sa volonté de « céder le contrôle » de sa filiale en Russie mais ne dit à aucun moment qu’il compte se retirer du pays à proprement parler. Très concrètement, « céder le contrôle » au management en place, c’est certes donner une autonomie au local, mais encore faudrait-il savoir dans quelle proportion : Adeo restera-t-il actionnaire, même minoritaire par exemple? "Céder le contrôle", c’est aussi, peut-être, conserver le nom de l’enseigne et, finalement, la main sur les approvisionnements, via la centrale d’achats. C'est, en tout cas, ce que ce "pérenniser l'activité de l'entreprise", utilisé dans le communiqué, peut laisser suggérer.

Bref, c'est tout sauf clair… A titre d'exemple et de comparaison, quand H&M, en juillet 2022, avait scellé le sort de sa filiale russe, les mots employés étaient bien plus limpides : "Après mûre réflexion, nous voyons qu'il est impossible de continuer notre activité en Russie compte tenu de la situation", indiquait alors le groupe H&M, qui réalisait en Russie aux alentours de 600 millions d'euros de chiffre d'affaires. Pour Adeo, et ceci expliquant sans doute cela, les enjeux en Russie sont autrement plus importants : Leroy Merlin, avant-guerre, y réalisait un chiffre d’affaires de l’ordre de 5 milliards d’euros, soit 18% du chiffre d’affaires global d’Adeo environ.




153 vues0 commentaire

Kommentit


bottom of page