top of page

UN NOUVEL ACCORD SUR LE TEMPS DE TRAVAIL...CA SE PASSE COMME ÇA CHEZ LEROY MERLIN


La communication côté direction est toute prête. On va vous dire que c’est un nouvel accord qui favorise la concertation, le dialogue et qui sécurise  les « collaborateurs »…. On va vous dire aussi que les syndicats « responsables » ont signé cet accord….Alors disons le, tout net, FO n’a pas signé cet accord car notre syndicat a pour devoir de signer des accords plus favorables pour le salarié ! FO ne s’associe pas avec la politique de l’entreprise où nous sommes toujours plus corvéables avec des emplois de plus en plus incertains (souvenez-vous de ce qu’ils ont fait des administratives comptables et ce qu’ils font aux assistantes du personnel ! A qui le tour ?)La CFE-CGC (syndicat catégoriel des AM et CADRES) a, très rapidement, estimé bon de signer… Nous n’avons pas trouvé ce qui pouvait être bon pour les Cadres mais alors les agents de maîtrise…. Encore moins ! Ils se feront leur propre opinion. Et jugeront dans le temps quel syndicat défend le mieux leurs intérêts... Pour arracher une certaine signature, la direction à poursuivi ses négociations auprès d’un seul syndicat profitant du manque d’expérience du délégué central (CFDT) et manœuvrant à grand coup de pommades alternées de menaces à peine déguisées.  Quant à la cftc, revendicative en apparence, a communiqué officiellement qu’elle ne signerait pas mais avait le discours contraire dans les couloirs de la direction.Décidément le manque de loyauté se répand auprès de ceux qui ont de bien fragiles convictions ou préférant sûrement tirer des intérêts personnels. Mais venons-en au contenu de cet accord.Cet accord sur le temps de travail n’est pas construit (comme le préambule le prétend) dans le respect de l’équilibre entre la vie pro et la vie personnelle de chacun ! Il n’apporte pas d’équité  et encore moins d’égalité entre les salariés. L’esprit n’est pas « gagnant -gagnant », il est plutôt gagnant puissance 2 pour la direction. Il est mensonger de prétendre que le « collaborateur » serait co-auteur de la gestion de son temps de travail. TROP DE DÉROGATIONS PARTICULIÈRES…

  1. Votre repos journalier peut être ramené à  9h dans une amplitude de 13h (4jours/an)

  2. Le temps de travail peut être porté à 12h (4jours/an)

  3. La journée de travail peut comprendre 2 interruptions d’activité (4jours/an). Par exemple : 10h-13h 14h-16h et 18h-22h

  4. Votre jour de repos pourra être donné en 2 1/2 journées sans votre accord 10 fois/an et plus encore si vous acceptez …. ( Mais comme il est difficile de refuser lorsque vous savez que cela peut être reproché de ne pas être assez collectif et de se voir refuser une augmentation).

  5. Votre manager pourra vous faire travailler 6 jours sur 7 reportant votre jour de repos 6 fois /an. Et l’accord stipule que l'on pourra vous donner votre jour de repos hebdomadaire (qui n’est plus véritablement hebdomadaire, vous en conviendrez !), jusqu'à 10 semaines après.

UN RECUL DE PROTECTION : SEMAINES BASSES, SEMAINES HAUTES….Fini le temps de la semaine haute qui était celle qui était supérieure à 35 heures… Quelles sont les nouvelles règles maintenant :

  1. Il y a de nouvelles semaines basses. Elles vont jusqu’à 36 heures

  2. Il y a de nouvelles semaines hautes. Elles sont comprises entre 36 et 42 heures.

  3. Et puis il y a les semaines « très hautes ». Elles sont comprises entre 42 et 44 heures et il peut y’en avoir 8/an.

1607 HEURES C’EST 1607 HEURESIl n’y a rien eu à faire, la direction n’a rien voulu entendre… La durée de travail de 1607 heures ne colle pas à la réalité.  Elle tient compte d’une moyenne d’heures quelque soit le nombre de jours fériés. Résultat,  tous les ans, les salariés rattrapent des heures. Ils sont donc pénalisés s’ils ne travaillent pas les jours fériés. FO condamne cette tactique qui vise à inciter les salariés à travailler les jours fériés. MAINTENANT, SACHEZ APPRÉCIER CE QUI SUIT…Elles proviennent toutes les 3 des revendications FO. L’entreprise pensait-elle que cela suffirait pour décrocher notre signature ? On peut néanmoins souligner la ténacité de la délégation FO pour obtenir quelques lots de consolations à un mauvais accord :

  1. Des déplacements professionnels mieux reconnus

Lorsque vous partiez en formation par exemple, votre temps de déplacement était ÷ 2 et indemnisé au taux horaire (payé mais non décompté sur le temps de travail). Dès l’entrée en vigueur de l’accord, il sera compté en temps de travail dans la limite de 7 heures /jour. Et si cela dépasse 7 heures/jour, le supplément est indemnisé.

  1. Les temps de pause sont des temps de pause effectifs. On doit tenir compte du temps de déplacement pour arriver jusqu’en salle de pause ! Et il est reconnu un temps de pause de 10 min pour les séquences de travail inférieures à 6 heures.

  2. Il est écrit dans cet accord que les jours fériés sont effectivement basés sur le volontariat. FO a toujours défendu les salariés contraints malgré l’usage et l’écrit par la direction  dans le guide du manager de 2006.

LES CADRES : Y’A RIEN À VOIR…. CIRCULEZ !On était arrivé à instaurer une pratique  pour les « permanences » dans la plupart des magasins : compter 2 ½ journées de travail pour les cadres, qu’ils puissent partir à la fin de la « permanence » ou arriver au début de la permanence…Aujourd’hui , cet accord inscrit qu’un cadre qui arrive à 6h peut partir à 14h et que c’est compté en 2 ½  journées …. Mais silence radio pour les « perm » d’après-midi ….

LES SALARIÉS DES ENTREPOTS : « LES DINDONS DE CET ACCORD »Souvenez-vous, ils ont fait grève pour dénoncer leurs conditions de travail et pour plus de salaire, il y a quelques mois….Ce ne sera pas avec cet accord que leurs conditions de travail vont s’améliorer ! Ce ne sera pas non plus avec cet accord qu’ils vont s’enrichir…..Le lundi, on peut modifier leurs horaires du lundi suivant sans leur accord. 7 jours de prévenance en entrepôt  quand en magasin un salarié a 15 jours.Certes on va vous dire,  on leur paye aussi une prime de réactivité.  Alors c’est quoi cette prime ? Le jour même, le manager peut demander de rester plus longtemps. Si le salarié reste plus de 45 min, alors c’est du temps de réactivité et ce temps est indemnisé avec une majoration de 20%. Mais il va en falloir des heures de réactivité pour s’enrichir. … parce que dans le meilleur des cas (avec les hypothèses des heures faites l’année dernière), l’employé entrepôt va se faire 17€ supplémentaire par mois en moyenne!!Vous voulez en savoir plus ? La section FO est là pour répondre à vos questions. N’hésitez-pas. Nous vous invitons aussi à lire cet accord (intralm) aussi pour vous assurer de notre sincérité.

Si vous voulez que l'on puisse mieux défendre vos intérêts, que l'on ait plus de poids dans la négociation, rejoignez-nous, montez des sections FO dans les magasins, présentez des listes FO pour les prochaines élections. C’est ensemble que nous y arriverons.

contact: Bernard Vigourous tel : 06 58 76 09 13

21 vues0 commentaire

Commenti


bottom of page